L’Islande, ce concept devenu viral

Èric Lluent / Reykjavík

Traduit du castillan au français par Lionel Cordier

La presse internationale, dans son empressement à produire et multiplier les histoires extraordinaires et romanesques sur l’Islande, en est arrivée à tromper de nombreux lecteurs, leur faisant croire en une réalité qui n’a jamais existé dans cette île de l’Atlantique Nord.

Durant toute la semaine, des médias de renommée nationale et internationale ont fait leurs gros titres sur la victoire imminente du Parti Pirate aux élections qui ont eu lieu ce samedi. De fait, les attentes médiatiques ont été tellement fortes que le résultat des Pirates, historique pour un groupe politique né seulement en 2012, s’est pourtant traduit par une déception générale, tant en Islande qu’à l’étranger. Ci-dessous, quelques exemples évidents d’une couverture médiatique très problématique :

Comme nous l’avions déjà montré dans dans cet article sur les élections de El Faro de Reykjavik (en castillan), le Parti Pirate n’a quasiment jamais été grand favori des enquêtes électorales durant ces dernières semaines. Il ne s’agit pas d’une opinion, mais bien d’un fait. Il est facile d’analyser les données des dix derniers sondages, qui montrent que les Pirates n’étaient en tête que dans deux d’entre eux (tandis que tous les autres donnaient une victoire nette au Parti de l’Indépendance). De même comme nous le signalions dans cet article, la bonne santé économique du pays pouvait être décisif, en orientant les électeurs davantage vers des partis de centre-droit. Une chose basique pour tout journaliste (examiner des informations aussi évidentes que des enquêtes d’opinion) est devenu un luxe incroyable à offrir au lectorat.

C’est un problème qui devient préoccupant, et ce nouvel épisode démontre qu’il ne s’agit pas d’une simple anecdote. Il fait de ce moment de désinformation généralisée un cas d’étude particulièrement intéressant. Est-ce fait exprès ? Quel est l’intérêt de tous ces médias à mentir à propos de l’Islande ? En vérité, aucun d’entre eux n’a d’intérêt politique, économique ou idéologique pour l’Islande. Mais l’Islande est devenu un concept viral. Et en terme de viralité, quoi de mieux qu’un parti de hackers et de pirates borgnes prêts à prendre le contrôle d’un gouvernement ? La pluie de clics devant des titres aguicheurs sont la garantie d’un fort trafic de visiteurs, de commentaires sur les réseaux sociaux, et de centaines de partages. C’est ainsi que fonctionne économiquement une grande partie du journalisme-fiction numérique du XXIè siècle. Pourquoi laisserait-on passer une telle occasion ?

Le plus grave, c’est que cela fait déjà de nombreuses années que les mensonges les plus scandaleux circulent sur l’Islande, sans que personne ne vienne rappeler des évidences. Ce fut d’abord ces histoires selon lesquelles l’Islande n’avait pas dépensé un sou pour sauver ses banques, puis de ces banquiers qui moisissaient tous en prison, puis celle de l’adoption de cette nouvelle constitution écrite sur facebook et maintenant, bien sûr, celle où les Pirates menaient en tête “tous les sondages” comme l’affirmait encore ce journaliste de El Confidencial (grand titre de la presse espagnole). N’ont-ils pas honte ? Imagineraient-ils un médecin prescrire des pilules pour le cœur à un patient souffrant de l’œil ? Pouvons-nous, nous journalistes, faillir sans cesse à nos responsabilités de professionnels de l’information sans que cela ne porte à aucune conséquence ? Quelqu’un se sent-il encore concerné par la fiabilité de ce que nous écrivons ?Qu’ont donc appris les journalistes dans leurs écoles ? Comme vous pouvez le voir, cela m’exaspère particulièrement.

A cette désinformation sur la scène politique islandaise, il faut également ajouter les mythes forgés chaque été par ces journalistes visitant le pays comme touristes, qui en tombent amoureux (ce qui est compréhensible), parlent avec trois ou quatre personnes et élaborent des articles remplis de bêtises sans fondements sur la remarquable et harmonieuse organisation sociale islandaise, le tout mêlé à combien était cool et agréable leur voyage d’été ici. Ecrivant que oui, ici l’eau et l’électricité sont gratuits car payés par l’Etat, que les Islandais vivaient déjà en démocratie en l’an 1000, qu’ici on ne prend jamais sa retraite, que les Islandais constituent le peuple le plus révolutionnaire au monde etc, etc. L’article de Juan Soto Ivars “Deux-trois choses que vous verrez en Islande auxquelles vous aurez du mal à croire“, ou le livre “Islande, le meilleur pays du monde”, de John Carlin (journaliste anglophone et hispanophone, écrivant fréquemment pour The Independant et El País) sont deux exemples évidents de cette littérature journalistique. Ils pourraient constituer des récits de voyage intéressants mais non, il préfèrent alimenter ce story-telling moderne où l’Islande sert seulement de prétexte au lecteur pour s’écrier “Oh, regarde comme tout fonctionne si bien là-bas !”.

Quelques jours avant les élections, la rédaction de El Faro de Reykjavík a envoyé des messages aux rédactions de plusieurs médias espagnols, pour nous proposer comme source d’information et les aider à suivre la campagne dans de bonnes conditions. Pas une, bien entendu, n’a jugé utile de répondre, pas même un merci. Eh bien peu importe ! Ici, El Faro de Reykjavík continuera à travailler pour que les habitants hispanophones et francophones d’Islande et de tous les coins du monde soient informés de façon rigoureuse et indépendante sur l’actualité islandaise, sans que le trafic web ne conditionne notre travail. Si cette semaine, nous avions publié un titre du type “Attention, Pirates en vue en Islande !”, nous aurions à cette heure des dizaines de milliers de visites en plus sur notre site. Nous savons comment faire un contenu viral, et nous en avons déjà fait l’expérience. Mais nous préférons rester honnêtes avec nos lecteurs, et réaliser ce que l’on est en droit d’exiger de nous : du journalisme.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s